VOIE D'EAU  Sommaire    Patrimoine   Activités fluviales  Actualités   Administration  Tribune   Services   Boutique    Forum   Annonces   Membres

wpe4.jpg (78084 octets) Trois conférences-débats étaient au programme de cette journée:
"Évolutions de la chaîne de propulsion électrique nautique" par le professeur Jean-Louis AUCOUTURIER, Président de l'Association Française pour le Bateau Électrique (AFBE)
"La place du bateau électrique dans le tourisme fluvial" par Monsieur Thierry LESIEUR, Président-directeur général de Rives de France, Président du Syndicat des Loueurs de Bateaux de Plaisance
"Expériences d'insertion de bateaux électriques dans le transport publics" par Monsieur Jacques SAINT MARC, Secrétaire général du Groupe Interministériel des Véhicules Électriques.
Suivies par une TABLE RONDE A.F.B.E. - Fluvial animée par Michel SIMON du magazine fluvial.
Monsieur Jacques SAINT MARC, devait conclure ce 2ème colloque avant que les participants montent à bord de la "Mouette", visitent et essayent les bateaux électriques sur le Canal Saint-Félix
"Évolutions de la chaîne de propulsion électrique nautique"
Les difficultés soulevées par la propulsion électrique sont : le poids des batteries en plomb* et la recharge en électricité. Si la première peut souvent se régler par la suppression du lest, la deuxième est la contrainte du "fil à la patte". En matière fluviale deux données : la faible vitesse et l'extrême économie de frottement sur l'eau font que la consommation soit très faible comparée à un véhicule terrestre,  à titre d'exemple sur un bateau 2 moteurs de 3KW équivalent à 50KW sur une voiture thermique. - une vitesse de 9 kts nécessite 100% d'énergie, à 8kts elle tombe à 50%, et à 7kts à 25%. par ailleurs et contrairement aux moteurs thermiques, le moteur électrique se coupe dans les écluses. Ces données permettent d'envisager pour les bateaux de location une autonomie de l'ordre de 3 jours avec un usage de 5h/j à 6km/h vitesse raisonnable en canal. Ce qui a pour avantage d'envisager des bornes électriques distantes de 50km. *Les batteries couramment employées sont les batteries de chariots élévateurs. Les batteries cadmium/nickel restent trop chères, l'évolution est dans les batteries Zébra-Lithium 4x plus d'énergie. A terme le courant continu est condamné.
Des bornes avec prise de 16 ampères pourraient délivrer électricité et eau à l'aide d'une carte monétique. ( Les bornes de la ville de La Rochelle fournissent gratuitement l'énergie aux voitures électriques.)
Un premier tronçon va être équipé entre Carcassonne et Narbonne. Le financement reste flou. Un programme de mise en développement Européen ne peut se faire qu'à partir de trois pays partenaires.

"La place du bateau électrique dans le tourisme fluvial"
Sur les 6700km de voies navigables confiées à VNF (des 8500 restantes) le tourisme fluvial représente : - 1,5 milliards de chiffre d'affaire ( supérieur à celui du transport 1M3) et une recette de 1,1 milliards pour VNF (dont 50% en recettes domaniales grâce au câble , le solde grâce aux péages, redevances, et taxes sur l'eau).
- Une flotte de 55000 bateaux de tourisme ; 25000 embarcations privées ; 2000 bateaux de location  ; 367 bateaux à passagers (activité en plus forte augmentation)
- Une fréquentation de 10 Millions de passagers dont 70% d'étrangers, dont 60% de langue allemande d'après les loueurs)
- Une centaine de sociétés de location en remarquant que les premières sociétés de location (de tourisme fluvial en général) d'origine anglaise implantées en 1960 sont les 5 premières sociétés qui tiennent les 70% du marché ; que l'expansion de l'activité fluviale s'est arrêtée en 1990 * les loueurs passent d'une activité de 21/22 semaines/an à 16s/an. (depuis 1996 légère reprise : la demande de la clientèle française s'accroît de 5% en 97/98, essentiellement pour les bateaux à passagers).
- Action envisagées : - Mise en place par le Secrétariat d'État au Tourisme d'un accord cadre entre l'AFIT* et VNF "pour améliorer la connaissance de la clientèle" *( notamment des bateaux privés et de la fréquentation des sites de la Voie d'Eau). - Développer les Voies Vertes.
- Ambitions VNF
: - améliorer la plaisance d'où l'idée des 500 points de plaisance (budget prévu 5Millions, en petits équipements de l'ordre de 2 à 3M./an. - augmenter les activités de navigation. - valoriser les 13000km de berges, patrimoine dont VNF se dit propriétaire et en tirer des ressources "transformer les visiteurs en clients".
Le décompte des dépenses très incomplet se résume à 15 millions /an de fonctionnement et études ?; à 20 millions d'investissement locaux dans 17 régions ("mais qui ne profitent pas à VNF donc peu enclin à se positionner")....M.Le Moine (représentant VNF), en réponse aux attaques d'un auditeur qui attribut (à juste titre) le blocage de la Voie d'Eau aux contraintes de tous ordres instaurés par VNF, argutie sur les redevances, de la compétence du Conseil d'Administration de l'Etablissement, sur les taxes et prérogatives de la responsabilité de l'État, tout en rappelant que VNF doit "maximiser ses ressources"....
- Commission de Surveillance La réglementation change "Il faut trouver les textes européens mais il y aura des règlements particuliers": - de police par exemple - de classification des bateaux de plaisance : 2,50 à 24m pour l'Europe 15m pour les bateaux de location dans le projet français - d'immatriculation  : 5m en France, 2,5 pour l'Europe - de définition  en France un bateau à passager est un bateau de commerce s'il transporte plus de 6 pax payants ou plus de 12 personnes gratuitement (familles amis équipage inclus).

- Ce qui est nouveau :
les commissions n'ont plus à vérifier les bateaux construits depuis 1996, ils sont aux normes CE. - Délivrance tous les 5 ans d'un label de visite pour les coches nolisés. - La carte de licence délivrée par les loueurs après une formation (sommaire), ce qui rassure les assureurs en compensation d'un permis non obligatoire pour les bateaux de location alors qu'à catégorie égale il l'est pour les propriétaires. - La réglementation française de 98 concernant les pilotes de bateau taxi est remise en question. - Les Établissement flottants qu'on essaye de rattacher au décret de 1934 et qui n'ont pas besoin de permis de construire tout comme l'idée de cités flottantes inquiètent les gestionnaires....
* Coïncidence ? 1990 création de VNF   application des taxes et des droits régaliens
-*AFIT Agence Française d'ingénierie du Tourisme - *Les dernières données de l'organisme permanent d'observation datent de 1995, un organisme privé pour collaborer avec l'AFIT et VNF sera mis en place.

"Expériences d'insertion de bateaux électriques dans le transport publics"
Quatre intervenants pour 4 expériences dans quatre villes : Nantes et la "Mouette" ; La Rochelle et le "Passeur Électrique" ; Strasbourg et le "Bateau Promenade"(conçu pour transporter 120 passagers en 2Heures de trajet et 8H par jour géré par son Port est une réalisation sans fond public) ; et Blois avec le projet de bateau "Passeur"destiné à naviguer sur le lac de Loire avec vue sur le château de Chambord ( bateau de tradition en bois avec une voile il est mixte, électrique et gaz oïl).

Port de Strasbourg    La Rochelle "Le Passeur"   Nantes le bateau "Mouette"     Sommaire §       Suite        

Accueil       Sommaire 1    Aide   Table    Tous droits réservés     20/05/03     Ceci est une  Production     PENICHE.COM