Jacques Servières
Le jardin de sculpture de la Dhuys
photo BK

Jacques Servières

En remontant la Marne entre Lagny et l'écluse de Chalifert, au PK 147 rive gauche, un spectacle surprenant

Dans un paysage de campagne, vierge, comme respecté par l'urbanisation envahissante, un monde grandiose, mythique et imaginaire de géants de pierre de toutes les civilisations, de toutes les légendes se sont donnés rendez-vous. Surgis de l'eau, surpris, figés et dignes ils s'attardent et se laissent voir comme pour témoigner de leur universalité humaine.

Les approcher, les regarder, les observer et l'on se laisse gagner par leur présence altière, leur fierté, leur sensualité et l'on se sent envahir par un respect, un recueillement, une communion qui semblent venir du fond des âges.


Jacques Servières aura su insuffler vie à ces pierres au long passé de servitudes aux hommes comme aqueduc de la Dhuys*. Tiges, fers, renforts subsistent en leurs seins, comme autant de stigmates de cette vie passée et disloquée par la guerre et les bombardements.

Le subtil respect de l'artiste à leur mémoire aura ressuscité ce Karma de vie de pierre dans une nouvelle dimension celle du sublime, celle de l'Art

* Dhuys affluent de la Marne qui alimente Paris en eau